maman regarde bébé tendrement dormir dans ses bras. vue en gros plan sur les deux visages.

Présentation

Je suis Christelle, la présidente de Sens-i.

Comme vous le savez peut-être, je suis malvoyante. Et je suis heureuse de vous annoncer la venue de Maxence, mon petit garçon, né le 23 mars 2017. J’ai alors 27 ans, et je suis mariée. De profession éducatrice spécialisée, je suis actuellement sans emploi. J’ai décidé de rester un moment maman au foyer.

Etre en situation de handicap et être maman en même temps représente un parcours particulier, semé de difficultés, mais aussi et surtout, de bonheur car être parent est la plus belle chose que la vie peut nous donner.

J’ai décidé de partager avec qui le voudra une partie de mon parcours, au fil du temps, en tant que maman ayant une difficulté visuelle. Je parlerai de mes doutes, mes questions, mes astuces, mes réflexions et tout ce que je penserai utile pour une autre maman (ou papa) qui chercherai des réponses ou tout simplement une expérience similaire à la sienne.

Commençons par le commencement …

La grossesse !! Que dire mis à part que chaque femme ne la vie pas de la même façon. comme toute les mamans, j’ai eu mes moments de bonheurs et de douleurs. J’ai su que j’étais enceinte tout de suite, j’étais tellement heureuse. J’ai ensuite vécue les étapes de la grossesse, au fil du suivi médical, des échographies notamment. Les échographies sont des moments importants mais qui, pour un déficient visuel, se présente autrement. Je n’ai pas réussi a bien voir les écrans sur lesquels mon loulou montrait sa petite bouille. Ma gynécologue me faisait des brèves échos à chaque rdv, et acceptait que mon mari filme l’écran afin que je puisse mieux percevoir mon bébé à l’écran de mon ordinateur. Sans cela, je n’aurai pas vécu ce moment magique de la première semi-rencontre …

Ainsi, j’ai pu zoomer, me rapprocher, prendre mon temps. Ca me laisse de très bons souvenirs. Malheureusement, je n’ai pas pu faire de même lors des 3 grandes écho, faites en centre d’imagerie médicale. Les professionnels effectuant les échos ne voulaient pas que soit filmé ce fameux écran. Quelle déception … Mais c’est comme cela. Heureusement, ma gynécologue me laissait cette liberté.

J’ai commencé à voir mon ventre s’arrondir peu à peu, jusqu’à devenir ENORME ! Autant vous dire la vérité … vers la fin, on me demandait si j’attendais des jumeaux ! Voir la grossesse avancer, c’est aussi voir les questions arriver.

Vais-je réussir à gérer mon bébé ? Vais-je percevoir ses expressions faciales pour comprendre ce dont il a besoin ? Vais-je avoir des gestes maladroits envers lui, pouvant lui faire mal  (doigt dans l’oeil par exemple) ? Vais-je savoir quand il bave, pour l’essuyer ? Vais-je avoir les mains dans le caca à chaque couche ? Vais-je réussir à ne pas confondre les produits de soin entre eux ? Quels repères vais-je mettre en place pour me repérer ? Vais-je réussir à préparer les biberons seule ? Quels biberons a les plus grosses écritures des graduations ? Autrement, comment adapter des biberons classiques ? Existe t-il des matériaux vocaux de soins pour mon bébé ? Echarpe de portage ou porte bébé (puisque je ne peux pas utiliser de poussette en même temps que ma canne blanche) ? Comment m’organiser quand il commencera à jouer partout à la maison, et donc a éparpiller ses jouets partout par terre ? Comment je peux pallier à la lecture d’histoire au coucher ?

Tellement d’interrogations … en plus de celles que tout parent sans handicap peut se poser.

Selon moi, après mure réflexion sur tout ces points d’interrogations, le bilan est qu’un enfant a avant tout besoin de beaucoup d’amour. Le reste est secondaire.

Néanmoins, je vais tenter quand même de résoudre mes dilemmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *