Archives par mot-clé : sens-i

Présentation

Je suis Christelle, la présidente de Sens-i.

Comme vous le savez peut-être, je suis malvoyante. Et je suis heureuse de vous annoncer la venue de Maxence, mon petit garçon, né le 23 mars 2017. J’ai alors 27 ans, et je suis mariée. De profession éducatrice spécialisée, je suis actuellement sans emploi. J’ai décidé de rester un moment maman au foyer.

Etre en situation de handicap et être maman en même temps représente un parcours particulier, semé de difficultés, mais aussi et surtout, de bonheur car être parent est la plus belle chose que la vie peut nous donner.

J’ai décidé de partager avec qui le voudra une partie de mon parcours, au fil du temps, en tant que maman ayant une difficulté visuelle. Je parlerai de mes doutes, mes questions, mes astuces, mes réflexions et tout ce que je penserai utile pour une autre maman (ou papa) qui chercherai des réponses ou tout simplement une expérience similaire à la sienne.

Commençons par le commencement …

La grossesse !! Que dire mis à part que chaque femme ne la vie pas de la même façon. comme toute les mamans, j’ai eu mes moments de bonheurs et de douleurs. J’ai su que j’étais enceinte tout de suite, j’étais tellement heureuse. J’ai ensuite vécue les étapes de la grossesse, au fil du suivi médical, des échographies notamment. Les échographies sont des moments importants mais qui, pour un déficient visuel, se présente autrement. Je n’ai pas réussi a bien voir les écrans sur lesquels mon loulou montrait sa petite bouille. Ma gynécologue me faisait des brèves échos à chaque rdv, et acceptait que mon mari filme l’écran afin que je puisse mieux percevoir mon bébé à l’écran de mon ordinateur. Sans cela, je n’aurai pas vécu ce moment magique de la première semi-rencontre …

Ainsi, j’ai pu zoomer, me rapprocher, prendre mon temps. Ca me laisse de très bons souvenirs. Malheureusement, je n’ai pas pu faire de même lors des 3 grandes écho, faites en centre d’imagerie médicale. Les professionnels effectuant les échos ne voulaient pas que soit filmé ce fameux écran. Quelle déception … Mais c’est comme cela. Heureusement, ma gynécologue me laissait cette liberté.

J’ai commencé à voir mon ventre s’arrondir peu à peu, jusqu’à devenir ENORME ! Autant vous dire la vérité … vers la fin, on me demandait si j’attendais des jumeaux ! Voir la grossesse avancer, c’est aussi voir les questions arriver.

Vais-je réussir à gérer mon bébé ? Vais-je percevoir ses expressions faciales pour comprendre ce dont il a besoin ? Vais-je avoir des gestes maladroits envers lui, pouvant lui faire mal  (doigt dans l’oeil par exemple) ? Vais-je savoir quand il bave, pour l’essuyer ? Vais-je avoir les mains dans le caca à chaque couche ? Vais-je réussir à ne pas confondre les produits de soin entre eux ? Quels repères vais-je mettre en place pour me repérer ? Vais-je réussir à préparer les biberons seule ? Quels biberons a les plus grosses écritures des graduations ? Autrement, comment adapter des biberons classiques ? Existe t-il des matériaux vocaux de soins pour mon bébé ? Echarpe de portage ou porte bébé (puisque je ne peux pas utiliser de poussette en même temps que ma canne blanche) ? Comment m’organiser quand il commencera à jouer partout à la maison, et donc a éparpiller ses jouets partout par terre ? Comment je peux pallier à la lecture d’histoire au coucher ?

Tellement d’interrogations … en plus de celles que tout parent sans handicap peut se poser.

Selon moi, après mure réflexion sur tout ces points d’interrogations, le bilan est qu’un enfant a avant tout besoin de beaucoup d’amour. Le reste est secondaire.

Néanmoins, je vais tenter quand même de résoudre mes dilemmes.

Atelier court métrage sur Louis braille

La période novembre / décembre 2015 à l’école Claude Tournier a encouragée nos chers bambins à se mettre en scène !

Les enfants ont été sensibilisé au braille et à son inventeur avant de pouvoir mettre en scène l’histoire du braille, en vidéo.

Entre scénariste, réalisateur et caméraman , les enfants ont mis de leur volonté et de leur énergie pour réaliser un court métrage.

VIsage de Christelle Avanthey

« Je rappelle que ce projet a été réalisé en 6 séances d’à peine une heure. Alors, je tire mon chapeau ! »

 

 

 

Auprès des enfants

Image représentant le logo de la ville de Brie Comte Robert

Municipalité de Brie Comte Robert

Nous intervenons sur la commune de Brie Comte Robert sur les Temps d’Accueil Périscolaire (TAP)  de 15h à 16h30, auprès des 8 – 11 ans, et ce depuis septembre 2014.

La commune a financé une partie du matériel de sensibilisation aux handicaps en 2014, afin d’être dans les meilleurs conditions pour ouvrir les enfants à la différence.

 

Astuce locomotion

  • Les marches

Utilisable par les malvoyants et les non-voyants

Quand je sais que j’arrive à un escalier, pour être sur de l’endroit exact où se trouve la première marche, je donne un coup de pied dans celle-ci ! Ainsi, je sais où poser mon pied exactement.
Je fais pareil quand je monte un trottoir.
PS : les chaussures tiennent peu de temps avec moi mais c’est une façon simple d’appréhender ce genre d’obstacle.


  • Traversée d’un carrefour à feu

Utilisable par les malvoyants et les non-voyants

Pour ma part, une des plus grandes difficultés à l’extérieur est de traverser une rue ou pire, un carrefour. Mais grâce à l’instructeur en locomotion, j’ai appris une méthode où je suis en sécurité à chaque fois (bien entendu, sous réserve que les conducteurs respectent le code de la route).
Je conseille à tout le monde d’aller voir, comme moi, un instructeur en locomotion professionnel. Mais ce n’est pas souvent facile, il n’y en a pas beaucoup !!!

Donc en attendant d’avoir le suivi de ce professionnel, quelques conseils :
Un carrefour à feu se présentent sous forme orthogonale (ou si vous préférez sous forme d’un + ou bien d’une croix).
1ère étape : Observer et/ou écouter
Il faut observer l’ordre de passage. Généralement les voitures qui sont face à face démarrent en même temps mais d’autre fois, il arrive que il y ai un temps pour chaque feu. Bref, il faut bien observer le fonctionnement du carrefour.
Ensuite, on peut appliquer la méthode qui consiste à traverser le passage piéton exactement au moment où les voitures roulant parallèlement à nous commencent à démarrer.
ATTENTION :

– Il faut que ce soit uniquement les voitures parallèlement à nous qui commencent à démarrer, donc soit les voitures derrière nous, soit celles de devant.

– C’est uniquement quand elles COMMENCENT à démarrer qu’il faut traverser, sinon il est trop tard. Si on ne respecte pas cette règle, alors on ne peut pas être sur d’être en sécurité.

– N’entendre rien du tout (ni moteurs, ni roues, …) peut vouloir dire qu’en effet, la voie est libre mais attention à ne pas aller trop vite en besogne !! Cela peut coûter cher !
Avec cette méthode de traversée, on est en sécurité tout le temps, sous réserve que les conducteurs respectent le code de la route bien sur. Car en effet, quand on ne voit pas les indications du piéton vert ou du piéton rouge au bout du passage clouté, il faut se référer aux astuces du code de la route.


  • Regard haut/bas

Utilisable par les malvoyants

Regarder en haut/bas est une méthode pour se déplacer à l’extérieur. On peut aussi le définir par près/loin.
Cela consiste à regarder par terre, à l’endroit où l’on va poser le pied pour éventuellement voir un obstacle près de nous et ensuite, il faut lever les yeux pour regarder droit devant nous (ex: pour ne pas percuter quelqu’un). Le regard doit valser sans cesse entre vision de près (vers le bas) et la vision de loin (vers le haut).
Encore une méthode apprit pendant un suivi en locomotion.


  • Trainage de pieds

Utilisable par les malvoyants et les non-voyants

« Quand je n’utilise pas la canne blanche, mon père dit toujours que je traine des pieds mais c’est fait exprès ! »

Christelle A.

Trainer le pied permet de savoir sur quoi on marche : verglas, sol granuleux donc pas glissant, sol avec des bosses ou des trous.
C’est une démarche sécurisante et rassurante que beaucoup de déficients visuels optent aisément. En territoire inconnu, il n’est pas simple d’être serein. La canne blanche ou le chien guide d’aveugle n’est pas forcement à portée de main, ou bien le fait d’être invité quelque part, on n’a pas obligatoirement l’envie de sortir la canne dans l’intérieur de nos hôtes. Ou bien, quand un proche nous guide mais est distrait, cela se ressent dans la conduite et il peut être appréciable de rester prudent, sans vexer la personne bienveillante … C’est toute une histoire !!!

Trainer un peu le pied par terre, dans un pas lent, peut être une solution discrète d’assurer ses arrières pour les plus angoissés et/ou prudents.

Nous intervenons dans les écoles primaires

L’association Sens-i intervient dans le secteur de l’enfance sur Brie Comte Robert.

Nous réalisons actuellement des prestations de services pour la commune de Brie Comte Robert afin de répondre à la demande d’intervenant pour les temps périscolaires.

En effet, les enfants de 8 à 11 ans sont très ouverts aux apprentissages, c’est d’ailleurs pour cette raison que dans ces âges là, ils apprennent les « essentiels » de l’éducation scolaire : le moment le plus opportun pour les sensibiliser à la thématique de la différence, des handicaps.

Les enfants sont souvent durs entre eux, dans les cours de récrés ; alors pourquoi ne pas faire de la prévention à temps, plutôt que d’attendre de réprimer quand les actes de moqueries ou d’indifférences sont déjà réalisés ?

Bien entendu, sur des temps périscolaires, le but n’est pas de prendre la place du professeur des écoles. Mais ça n’en reste pas moins de l’éducation. Seules les méthodes éducatives, et les supports d’interventions doivent être adaptés à ce contexte. C’est pourquoi l’association Sens-i aborde les animations des ateliers d’une façon très expérimentale. L’enfant est souvent très réceptif.

« On touche, on voit, on sent, on entend, on joue. On aborde le sujet d’un autre œil. »

 

Astuce organisation

  • Boites alliant texte (gros caractères) et couleurs

Utilisable par les malvoyants

et les non-voyants (sous réserve d’étiquetage braille préalable)

L'image représente des boite de la marque Incidence, colorées de différentes couleurs. Sur chaque boite, est inscrit quelque chose de différents. Ex: SOS manucure , Mes brosses , Mon maquillage , Mes secrets de filles , Mes crèmes, ...etc
Marque Incidence

 

Il existe des boites, en plastique, plutôt sympa et vendu sur le net par la société Incidence-déco (http://www.incidence.fr)

C’est boites peuvent facilement être des outils sympathiques et design pour retrouver chaque chose (monnaie, papiers importants, vide poche, …etc). De plus, les boites peuvent même être colorées, ce qui permet un tri visuel dès le premier coup d’œil !


  • Les conserves …

Utilisable par les malvoyants

et les non-voyants (sous réserve d’aide au départ)

Comment ne pas devenir galérien(ne) pour trouver la conserve d’haricot vert ??

Question existentielle, n’est ce pas ?

Alors moi, je fais des « rangées ».

l'image représente un rangement par rangée des boites de conserve

Une rangée pour les haricots verts, une autre pour les petits pois, une troisième pour … etc

Du coup, quand je décide de faire cuire ma conserve d’haricots verts, je prends la première rangée pour regarder de plus près si c’est bien les haricots. Je sais d’office que celles qui sont derrière sont les mêmes aussi.

Cette méthode permet aussi de savoir quand il n’y a plus de conserves de tel ou tel aliment. (Faut aller faire les courses !)

PS : Pour les non-voyants, il est possible d’appliquer cette méthode, tout en rajoutant des repères tactiles ou en braille au début de chaque rangée pour savoir si c’est bien la colonne d’haricots verts par exemple.

Pour utiliser cette méthode, il faut être relativement rigoureux au moment du rangement, sinon, c’est le chaos total !!


  • L’étiquetage

Utilisable par les malvoyants et non-voyants

L’étiquetage est un moyen très utilisé par les déficients visuels. Il peut être réalisé en écriture noire ou en écriture braille.

Ex : Les médicaments

L’étiquetage permet d’être sur de ce que l’on prend. Que ca soit des génériques ou pas, on prend une étiquette blanche que l’on colle sur la boite de médicament et on note le nom du médicament en question ainsi que sa date de péremption, la fréquence des prises et l’utilité du produit.

En effet, une personne déficiente visuelle ne peut pas tout le temps vérifier la notice pour se rappeler de ces « détails ».

Ex : Les aliments

Cette utilisation serait plus pour les dates de péremption.

Ex : Les chargeurs d’appareils électroniques

J’utilise aussi cette technique pour tout les chargeurs (téléphone portable, appareil photo, i pod, …), c’est très pratique.


  • Les clés

Utilisable pour les malvoyants et non-voyants

Chercher la bonne clé pour ouvrir la porte d’entrée de mon appartement était un challenge avant. Que puis-je faire ?

3 solutions:

– Faire en sorte que chaque clé ai une forme différente (une triangulaire, une ronde, une carrée, …etc)

– Les faire colorer ! On peut colorer les clés de différentes couleurs, ainsi chaque clé a sa couleur !

– Y ajouter leur propre déguisement. Ce sont des compléments qui s’adaptent aux clés. Souvent, ils sont sympas, colorés, et originaux. Chaque clé à son ornement !

image représentant un trousseau de clé. des revetements sont mis sur les clés principales du trousseau. Un en forme de tete de vache et l'autre en coccinelle.

– Ajouter à chaque clé un porte-clé avec la lettre alphabet correspondant à l’utilité de celle-ci.


  • Tondre la pelouse

Pour cet article, nous allons voir ensemble comment bien tondre sa pelouse.

Non, non, vous ne vous êtes pas trompés de site, vous n’êtes pas à Vert ! Moi, c’est Fabrice, j’ai 44 ans et j’ai une RP.

Comme beaucoup de mal et non-voyants, j’ai un chien-guide qui se nomme DIAZ, qui m’accompagne sur les chemins de la vie, mais, quand il neige ou quand l’on est malade, ou tout simplement, parce qu’il est tard le soir, il est important d’avoir un terrain près de son domicile, ou encore mieux, chez soi !

C’est cool, les barbeucs, la bronzette, s’amuser avec son chien mais tout cela ne fait pas tondre la pelouse !

Pour ma part, j’ai trouvé un « système D » pour pouvoir entretenir ma pelouse sans avoir à demander à Pierre, Paul ou Jacques…

Je suis non voyant, mais en se creusant la tête pour trouver des astuces, on peut faire beaucoup de choses seul(e) sauf peut-être demander de vérifier le travail par un voyant, ou alors vérifier soi-même en se mettant à 4 pattes. Le ridicule ne tue pas mais bon…

Pour en revenir à notre sujet, j’ai opté pour une tondeuse électrique plutôt qu’à essence car c’est d’une part plus pratique et, d’autre part, il y a moins d’entretien, mis à part le nettoyage de la lame une fois tondu, en faisant bien attention de ne pas se couper. Pour éviter cela, je mets des gants de protection comme l’on en trouve dans tous les magasins de bricolage.

Concrètement donc : mon terrain fait 40 m2, que j’ai fractionné en 3 parties, à l’aide de corde.

Pour être plus explicite ; vous prenez 4 piquets (ou autre chose pouvant se planter). Vous en plantez 2 en laissant une distance de 2 mètres entre chaque. En face, vous faites la même chose, parallèlement. Ensuite, vous reliez les cordes.

En ce qui me concerne, il y en a 2, de telle manière   à couper le terrain en deux parties pour faire 3 parcelles.

Une fois, vos parcelles prêtes, il ne vous reste plus qu’à tondre parcelle par parcelle !

Cette astuce est valable bien entendu pour les petits terrains, pas besoin de faire un stade de foot !

Voilà, j’ai partagé avec vous mon astuce, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter via le site.

photo 1 photo 2 photo 3